et dans leur bibliothèque il y a la musique {#2}

Me revoici présente pour le rendez vous de ma copine Elodie. Le principe est de regrouper les albums de nos bibliothèques sur un thème donné et de vous les présenter. Ce mois ci, j’ai fait le tour des bibliothèques pour trouver les livres sur le thème de la musique. 

La musique est un thème très présent dans nos bibliothèques, je vais donc vous faire des présentations succinctes de chaque album pour éviter d’avoir un article à rallonge :)

Mon imagier des instruments

Un imagier à présenter dès le plus jeune âge grâce à ses pages cartonnées avec des illustrations assez réalistes des instruments. Cet imagier est normalement livré avec un CD pour écouter le son des instruments mais je ne l’ai jamais eu. Ce livre présente 16 instruments avec une illustration de l’instrument seul et 1 illustration de l’utilisation de ce même instruments.

 Les livres sonores PACO

Nous en possédons 4 et ils sont écoutés chaque jour par l’un ou l’autre des 3 enfants. Grâce à « Paco et la musique africaine », Charly a apprit le nom de plusieurs instruments de musique africain. Ils sont très bien fait et très instructifs. Et petit détail non négligeable, ils sont très agréables à écouter ! Même quand on l’entend 10 fois par jour :)

Les livres sonores Gründ

Je vous en ai déjà parlé mais nous avons une jolie collection de livre sonore des éditions Gründ et plusieurs d’entre eux nous présentes les titres les plus connus de certain compositeur. Nous avons donc Erik Satie (que je vous ai présenté ici), Vivaldi et Mozart. 

L’imagerie de la musique

La collection imagerie est un incontournable chez nous, nous avons donc celle sur le thème de la musique. On y étudie dans un premier temps les sons (grave, aigue, imitations, le chant, etc.). Le deuxième chapitre est consacré à l’apprentissage de la lecture de la musique (rythme, note de musique, partitions, durée de notes, etc.).Le troisième chapitre est consacré aux instruments de musique. Quelques exemples sont donnés pour que nous pissions fabriquer nos propres instruments de musique. Ensuite les premiers instruments de musiques créés par l’homme nous sont présentés. Quelques instruments typiques de certains pays y sont présentés également. Pour terminer, les principaux instruments de musiques sont classés par catégorie. Le dernier chapitre nous présente quelques compositeurs célèbres. 

Je découvre les instruments de musique avec p’tit loup

P’tit loup a une place importante chez nous, nous avons toute la collection des petits albums et ils sont toujours un succès pour aborder un thème particulier. Celui ci ne déroge pas à la règle ! Je vous l’avais présenté en détail ici. 

La musique

Nous avons reçu récemment le livre de la série Mes premiers docs sonores sur le thème de la musique. C’est donc le moment pour moi de vous le présenter. Il s’agit d’un livre composé de 12 pages cartonnées avec chacune 1 rabat et 1 puce sonore. Sur la première double page, nous sommes dans une salle de classe et chaque enfant découvre un instrument différent. Le nom des instruments de musique est noté à côté de l’illustration. La deuxième double page nous présente les 3 familles d’instruments et le conservatoire. Les instruments y sont donc différents et très diversifiés.  Au fur et à mesure des pages nous découvrons des instruments toujours différents et très divers ainsi que leur famille, mais aussi la composition de l’orchestre. J’aime le grand nombre d’instruments présentés dans ce livre, si nous connaissons tous la flûte à bec, le saxophone ou le tuba, les congas, le balafon ou le chimes sont eux beaucoup moins connus !

Merci aux éditions Gründ

Mon premier livre piano de Noël

Un livre piano, pour associer les notes à la musique. Je vous l’avais présenté ici. 

Les sons de Balthazar

Le dernier livre que je vous présente n’est pas un livre de musique mais j’ai décidé de le mettre dans ma sélection car il favorise l’écoute auprès des petits. Nous avons tendance à associer musique aux comptines pour les tout petits, or à mon avis, il est tout aussi important de leur apprendre l’écoute des sons. La lecture de ce livre est rythmée par les sons que Balthazar veut mettre dans son coquillage. Avec l’enfant, nous allons donc mimer le vent, la pluie, le ronflement, etc. C’est un livre très intéressant pour favoriser l’écoute lors de la lecture. 

J’espère que cette sélection vous a plu, rendez-vous avant le 20 juillet pour une nouvelle sélection ! Vous pouvez retrouver toutes les autres participations sur le blog d’Élodie : mon bazar coloré

le zéro déchet dans notre cuisine

Il y a quelques semaines, ma copine Elodie (du blog mon bazar coloré) écrivait son article pour présenter le zéro déchet dans sa cuisine. Elle terminait son article par Et chez vous, quelle est la place du zéro déchet dans votre cuisine ? J’ai alors eu envie de répondre à cette question par un article sur le même sujet ! 

Le zéro déchet est un terme bien à la mode par les temps qui court, et pour beaucoup ça ne vaut pas le coup de se prendre la tête au quotidien. Et bien je répondrais à tous ces gens que les petits ruisseaux font les grandes rivières, qu’il suffit d’une pierre pour terminer un édifice, ou encore qu’une seule personne peut changer la donne ! Si chacun nous faisons de petits gestes quotidiens, notre planète ne pourra que se porter mieux ♥

Le zéro déchet s’est inscrit en moi au fur et à mesure des années. Je n’y ai pas été sensibilisé étant petite. Lorsque nous nous sommes mis en ménage avec monsieur l’amoureux, nous n’y prêtions aucune attention. Puis, les mois passent et je m’intéresse doucement à la cosmétologie maison. Et puis nous achetons notre maison, et les petits pas vers le zéro déchet se font de plus en plus grands. Je vais donc vous parler des gestes zéro déchet qui sont devenus quotidien pour nous, ceux que j’aimerais améliorer et les caps que j’aimerais franchir dans cette démarche qui me tient particulièrement à cœur.

Les courses

Qui dit cuisine, dit course en premier lieu ! Cela fait maintenant 2 ans et demi que j’ai commencé à faire mes courses en vrac (au biocoop) pour limiter les emballages à l’achat. Tout s’est fait progressivement, il y a encore des articles que j’achète emballés parce que je préfère niveau qualité mais plus j’avance, moins j’en ai. Je ne vais pas vous faire la liste de tout ce que j’achète en vrac mais le dernier aliment que j’ai ajouté à ma liste est la farine ! Je prenais ma farine dans des sacs en papier kraft de 5kg (de la type 80) et récemment j’ai trouvé cette même farine en vrac donc j’ai conservé mon sac en kraft pour aller le ravitailler :) 

Un geste simple également est d’aller chercher les fruits et légumes avec mes sacs à vrac pour éviter les emballages inutiles. Le même geste à la boulangerie, nous n’avons pas besoin d’un sac en papier pour emballer le pain au chocolat ! C’est un simple réflexe à avoir ;) Je fais la même chose depuis peu pour la viande. Je vais chercher uniquement ce dont j’ai besoin et mon boucher me le met dans des boîtes en verre. Pour le fromage (que je prends à la ferme) par contre, je souhaitais le faire avec mes bees’wrap mais le fromage sèche. Il faut donc que je teste autre chose. Une boite à fromage ? Une boite par fromage ? Vous faîtes comment chez vous ?

Il y a encore certain produit qui produisent des déchets chez nous et je ne sais pas comment les éliminer… Le beurre, le lait, le fromage râpé pour vous donner des exemples. Si vous avez des pistes à me donner, allez-y !

La conservation

Nous utilisons encore un peu de cellophane mais nous avons pour but de ne plus racheter de rouleau une fois celui entamé terminé. Les plats sont de plus en plus stockés dans des boites en verre avec couvercle mais je n’ai parfois pas suffisamment de place dans ces boites avec couvercles. Il faut y remédier ;)

La préparation

Un des principaux gestes de zéro déchet que je pratique est de réaliser 100% des desserts et goûters de la maison (bon 99% puisque j’achète toujours 1 yaourt dans un pot en verre pour faire ma fournée de 10 pots…). Grâce à ce geste, terminé les Pepito avec des emballages individuels complètement inutile (et les 10 kilos de sucre qu’ils contiennent !!! mais ce n’est pas le sujet…)

* mes recettes faciles et rapides *

Je ne suis pas infaillible et je ne prétends pas l’être alors j’ai toujours des produits « au cas où » comme de la compote dans des pots de 750g en verre (pot parfait pour la conservation des gâteaux) ou encore des pains au chocolat au congélateur en cas de « mamaaaaaaaan on n’a plus de gâteaux pour le goûter !!! »

La vaisselle

Voilà un point pour lequel je ne suis pas zéro déchet dans ma cuisine. Enfin juste un peu puisque nous utilisons uniquement des accessoires lavables pour laver la vaisselle. Mais le produit vaisselle que nous utilisons est le degreaser de chez stanhome (1 bouteille tous les 6 mois environ) et le produit pour le lave vaisselle sont des tablettes. J’avais essayé de faire mes tablettes moi même mais nous n’avons pas été convaincue ni par le prix de revient ni par l’efficacité. Peut-être que je retenterai plus tard, nous verrons bien !

Le recyclage

Le dernier point à aborder est la fin du repas ! Si les restes sont à 95% consommés par la suite, 4% vont au composteur (au fond du jardin) et 1% sont jetés (les restes de viande). Les pourcentages sont des estimations bien entendu. Les épluchures sont également compostées ainsi que les coquilles d’œufs par exemple.

Au niveau des poubelles, nous faisons le tri sélectif. Une poubelle pour les déchets non recyclables et une poubelle pour le carton, le papier, le verre, le plastique recyclable et les conserves. Il y a un petit bac en dessous de l’évier avec les déchets verts (qui vont donc au compost). Aujourd’hui, nous mettons 1 sac de 50L par semaine à la poubelle. Nous aimerions acheter une plus petite poubelle dans le but de n’en mettre toujours qu’une par semaine. Mais une chose à la fois ;)

Le potager

Et puis il y a mon potager. Mon petit potager chéri que j’ai commencé dès l’achat de la maison (enfin au premier printemps qui a suivi). Si mon potager est 100% BIO, il n’est pas tout à fait zéro déchet. Je n’arrive pas à faire mes semis (d’ailleurs je donne mes restes de graines à qui en veut, c’est terminé pour moi…) donc j’achète des plants qui sont systématiquement dans des pots en plastique dont je ne sais pas quoi faire ! Si vous savez où ils peuvent être utilisés ou recyclé, cela m’intéresse fortement !

Nous faisons des efforts chaque jour pour protéger notre planète et surtout pour transmettre de bons reflexes à nos enfants afin qu’eux aussi protègent notre planète. Bien sûr, je ne vais pas m’arrêter là. Dès qu’un nouveau geste est acquis par notre famille, je nous lance un nouveau défi et un seul ! Le prochain ? Aller chercher mon lait à la ferme avec mes bouteilles en verre et le faire bouillir pour le conserver une semaine !

Et chez vous, quels sont vos gestes zéro déchet en cuisine ?

1, 2, 3, je me mets à l’éducation positive

Il y a quelques temps, je vous ai écrit un article pour vous lister les livres que j’ai dans ma bibliothèque et qui m’aide dans ma vie quotidienne de maman. Au fur et à mesure de mes lectures, je vous les présente en détails. Aujourd’hui, j’ai donc terminé 1, 2, 3, je me mets à l’éducation bienveillante écrit par Véronique Maciejak.

Quatrième de couverture

En quoi l’éducation positive renouvelle-t-elle les fondamentaux des principes éducatifs ? Aide-t-elle vraiment les parents au quotidien ? Quels sont ses bénéfices pour les enfants et comment la mettre en œuvre concrètement ?

Ce livre consacré à l’éducation positive changera votre regard sur l’éducation et vous aidera à établir un cadre enrichissant à la maison, au sein duquel vos enfants pourront s’épanouir. Ni répressive ni laxiste, l’éducation positive ou parentalité positive, envisage les difficultés comme des occasions de dialogue et d’apprentissage. Elle se concentre sur les forces de chaque enfant et lui permet de gagner en autonomie et en responsabilité, dans le respect de son développement et de son potentiel. Grâce aux outils et aux exercices de ce livre vous pourrez mettre en pratique au quotidien l’éducation positive au sein de la famille.

Ce livre propose :

  • Des activités et exercices pour comprendre l’éducation positive
  • Un cahier ludique détachable en fin d’ouvrage pour l’appliquer à la maison
  • Des réponses à questions sur les problèmes éducatifs les plus fréquents
  • Le point de vue d’enfants, d’ados et de parents
  • Des outils pour passer de la découverte à la mise en œuvre

Mon avis

C’est un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, il est agréable et fluide. Tout au long des chapitres, une maman lambda remet en question les propos de Véronique et elle lui répond. Par exemple, le premier point abordé est bien sûr la non violence envers nos enfants, la maman dit donc : « Personnellement, j’ai déjà donné quelques fessées à mes enfants et je ne me sens pas maltraitante pour autant. J’ai moi aussi reçu quelques tapes quand j’étais petite et je n’en suis pas morte. Je ne suis pas à l’aise avec l’instauration d’une loi qui s’immisce dans la vie privée des parents » A cela l’auteure répond : « Les violences éducatives, quelles qu’elles soient n’éduquent en rien l’enfant, elles le blessent dans son estime de soi et l’obligent à se soumettre à l’adulte par crainte des représailles… » Parfois on se retrouve dans la remarque de cette maman, d’autre fois pas mais les réponses de l’auteure sont toujours bienveillantes et nous conforte dans notre choix de vouloir une éducation bienveillante ♥

A travers le livre, il y a beaucoup de témoignages de diverses personnes. Marie, maman de Juliette 9 ans, de Jade 6 ans et de Bérénice 1 an. Vanessa, 37 ans, enseignante dans une classe de CP. Florent, 55 ans, formateur pour adultes. Benjamin, 7 ans. Ces témoignages nous donnent des idées de choses à mettre en place au sein de notre famille pour que l’éducation bienveillante fonctionne.

Le premier chapitre est écrit pour nous expliquer les grands principes de l’éducation positive. Si je connaissais et pratiquais déjà certains points, j’en ai appris d’autres.

Quand on parle d’éducation positive, et comme le souligne la définition du conseil de l’Europe, certains mots reviennent plus souvent que d’autres, notamment autonomie, écoute empathique, non-violence, besoins et modèle gagnant-gagnant

Le second chapitre nous donne des pistes pour essayer l’éducation positive chez nous, avec des exemples de situations concrets et des petits exercices à faire pour savoir où nous devons faire des efforts. 

Mais quelle pression pour les parents que nous sommes ! Cela signifie-t-il qu’il faut que l’on soit parfait ? Moi, je râle parfois, je crie souvent, je laisse échapper des noms d’oiseaux quand je suis énervée… Je ne peux pas tout le temps me surveiller !

L’idée n’est pas d’être parfait. C’est tout simplement impossible et surtout contre-productif pour les enfants. Imaginez donc la tension qu’ils pourraient ressentir à nous voir, nous adultes, ne jamais échouer et ne jamais faillir. […]

Nous connaissons tous des situations difficiles à gérer au quotidien mais grâce à la lecture de ce livre, plutôt que de répéter 1000 fois les mêmes choses, je cherche des solutions aux problèmes que nous rencontrons avec les enfants pour que chacun y trouve son compte. Et très souvent, je propose à Charly que nous trouvions une solution ensemble plutôt que de lui imposer la mienne.

Le dernier chapitre est là pour celles et ceux qui veulent approfondir l’éducation positive. Réfléchir à notre enfance, est ce que l’enfant qui est en nous a réellement accepté son enfance et les injustices vécues ? Apprendre à se remettre en question car nos enfants évoluent sans cesse, prendre du temps pour soi, etc.

C’est un ouvrage très intéressant et reboostant que je relirais certainement plusieurs fois pour ne pas oublier que les choix éducatif que je fais e sont pas toujours simples mais qu’il y a toujours une solution bienveillante à trouver ♥

Mon petit Satie

Vous commencez à nous connaitre, chez nous il y a beaucoup de livres jeunesse parmi lesquels il y a beaucoup de livres sonores ! Ces livres qui sont appréciés dès le plus jeune âge et même à 5 ans, Charly prend beaucoup de plaisirs à les écouter. Aujourd’hui, je vais vous parler d’Erik Satie

Nous avons une jolie collection de ces livres musicaux des éditions Gründ, et j’ai trouvé intéressant de la compléter avec cet ouvrage pour découvrir les airs musicaux d’un musicien que nous ne connaissons pas. 

Qui est Erik Satie ? 

Erik Satie est un compositeur français de la fin du XIXème et du début du XXème siècle ; il se rattache à la musique moderne. Il est connu pour son style particulier, caustique et personnel, dirigé notamment contre les conventions du romantisme. 

Quoi de mieux pour vous présenter ce livre que de vous le faire écouter ? 

J’ai donc proposé à Charly d’écouter les musiques originales de ce compositeur et voici sa préférée :)

Voilà une jolie découverte chez nous et je suis vraiment ravie de vous la présenter !

Merci aux éditions

Découvrir les autres livres des éditions Gründ

Mes serviettes hygiéniques lavables hannahpad

Si vous me suivez, vous savez que moi et ma famille nous engageons dans une démarche zéro déchets depuis plusieurs années maintenant mais encore plus depuis janvier, je vous avais d’ailleurs parlé de mes objectifs verts pour cette nouvelle année. Dans ces objectifs, je ne vous parlais ni de couches lavables pour Wendy, ni de serviettes hygiéniques lavables pour moi. Simplement car je ne pensais pas y arriver cette année. Et puis, début janvier, j’ai quand même commandé une serviette de la marque hannahpad pour tester. Le test a été validé puisque je me suis équipée en 100% lavables et j’ai donné le reste de mes jetables à une amie (qui veut passer au lavable aussi ;)) Comme pour mon article sur les couches lavables, je vais répondre aux questions

Combien d’heures je peux garder ma hannahpad ?

Il est difficile de répondre à cette question puisque nous n’avons pas toutes le même flux. J’ai donc fait un test. J’ai mis ma hannahpad le matin au réveil (7h) de mon premier jour de cycle (flux le plus important pour moi), je l’ai laissé le plus longtemps possible et l’ai changé à 13h. Je n’ai pas eu de fuites. J’aurais peut-être pu la laisser plus longtemps mais j’ai eu peur ha ha. J’ai mis une jetable à 13h donc et je l’ai changé à 17h parce que j’avais des fuites. Voilà pour vous donner une idée de l’absorption. Les hannahpad sont beaucoup plus efficace que des nana.

Combien de serviettes par jour ?

Personnellement, j’en utilise trois plus une pour la nuit et cela me convient parfaitement bien !

Est ce que je suis satisfaite ?

La réponse est évidente mais oui, je suis satisfaite à 100% et pour rien je ne reviendrais en arrière ! Je ne trouvais pas désagréable de porter des jetables, je ressentais un petit désagrément que je mettais sur le compte de mes règles tout simplement. Maintenant que je suis passé en lavable, je n’ai plus cette petite gêne.

Est ce que j’ai peur des fuites ?

Non absolument pas. Quand je vois l’absorption des hannahpad comparée à celle des jetables, je suis beaucoup plus en confiance avec mes lavables. Je prenais la marque nana serviette « ultra normal plus ». Avec ces jetables, au bout de 2h la serviette est pleine et le fluide répandu sur la serviette. Avec mes hannahpad, le fluide est contenu sur le centre de la serviette. En plusieurs mois d’utilisation, jamais le fluide n’est arrivé au bord de la serviette. J’ai même osé porter un pantalon blanc toute une journée au début de mon cycle !!!

Est ce que c’est confortable ?

J’ai déjà répondu à la question un peu plus haut mais oui, je me sens tout à fait à l’aise avec mes lavables et je n’ai pas cette sensation d’humidité que je pouvais avoir avec les jetables.

Comment entretenir les hannahpad ?

L’entretien n’est pas bien compliqué, il faut juste prendre le rythme. Une fois que j’enlève ma hannahpad, je la rince sous l’eau tiède. Lorsque l’eau de rinçage est claire, je la frotte avec le savon pro-biotique de la même marque et je rince à nouveau. Je la mets ensuite à tremper 6h minimum dans une eau claire (dans les instructions de lavage d’hannahpad France, il est préconisé de dissoudre du percarbonate de soude dans l’eau de trempage pour un meilleur résultat – c’est un détachant naturel et purificateur efficace). Après le trempage, je l’essore et la laisse sécher à l’air libre. Les hannahpad ne nécessitent pas de lavage en machine mais après mon cycle, je les passe quand même toutes en machine avec les couches lavables de Wendy. 

Comment ça se passe la nuit ?

Les modèles nuits sont plus longs pour éviter les fuites, depuis février, je n’ai eu aucun soucis la nuit. 

Comment cela se passe en promenade ?

Lorsque nous partons, je mets mes hannahpad utilisées repliées sur elle même (grâce aux boutons pressions) dans un sac en tissus imperméable PUL et je les nettoie en rentrant à la maison.

Est ce qu’elles sèchent vite ?

J’ai pris le rythme de les mettre à sécher le matin, et en milieu d’après midi elles sont sèches. Elles ne sont pas à côté d’un radiateur. 

Au niveau de la taille, j’ai choisi des tailles medium pour la journée et ultra nuit XL pour la nuit

J’espère que ces réponses vous aideront à sauter le pas ! Très sincèrement, je suis heureuse de l’avoir fait et d’apprendre à ma fille, lorsque son tour viendra, à ne pas utiliser des jetables ;) Et pour vous aider à protéger notre planète et votre santé, hannahpad vous offre -10% sur leurs coffrets grâce au code [aiyena10]. Mais c’est jusqu’au 03 juillet seulement, alors qu’attendez-vous ?